Ibis Sacré

 

Ordre

Pélécaniforme

Famille

Threskiornithidé

Espèce

Threskiornis Apicus

Ibis SacréDe la même famille

Ibis falcinelle, Ibis à cou noir, Ibis rouge, Ibis olive, Ibis hagedash, Spatule blanche, Spatule royale. 

Descriptif général

Ce grand échassier reconnaissable avec son long bec recourbé vers le bas, autrefois présent en Egypte, était vénéré par les Pharaons qui l'ont apprivoisé en ont fait le Dieu Thot, symbole de l'éloquence et du savoir. A cette époque, les Pharaons exigeaient qu'un Ibis sacré soit momifié et mis dans leur sépulture le jour de leur mort. Il est aujourd'hui abondant en Afrique Tropicale et Equatoriale. En France depuis les années 1990 à 2000, l'espèce invasive s'est rapidement reproduite dans les zones humides suite à une échappée de captivité du parc zoologique de Branféré dans le Morbihan et du parc zoologique de Sigean dans l'Aude. Cet opportuniste met en danger les autres espèces nicheuses comme les Ardéidés et Sterninés, plusieurs attaques de colonies de Sternes et de Guifettes noires ont été observées sur la côte Atlantique. C'est un terrible prédateur qui n'hésite pas à manger les oeufs et même les oisillons tout en chassant les parents du nid. De plus, l'acidité de ses fientes détruit la végétation sur laquelle il niche. Depuis 2007 des tirs d'élimination ont débuté pour éradiquer la population férale en Loire-Atlantique et dans le Morbihan. 

Identification et signes distinctifs

De la taille d'un héron pourpré, cet échassier aux longues pattes noires possède un plumage blanc contrasté avec une tête et un cou noirs sans plumes. L'extrémité des ailes et le croupion sont également noirs. Le bec noir très typique est épais et recourbé vers le bas. Le mâle et la femelle sont identiques. Les jeunes sont reconnaissables à leurs plumes sur la tête et le cou qui ne commencent à tomber qu'entre leur deuxième et troisième anniversaire.   

Habitat

l’Ibis sacré vit dans les prairies plus ou moins humides, les prés-marais et roselières inondées, les lagunes et retenues d’eau, les prés-salés littoraux, les bords de plage. Il est parfois observé près des décharges d’ordures ménagères.

Comportement

Ces oiseaux grégaires vivent en couple et se regroupent en dortoirs nocturnes pouvant atteindre cent individus, sur des îles, près de la côte, le plus souvent dans les arbres. L’Ibis Sacré se nourrit et niche parfois avec d'autres échassiers comme les spatules, les aigrettes. En France, dans le Morbihan, la Loire Atlantique (Lac de Grand Lieu) et la Vendée où il sont plus nombreux, ils se déplacent mais restent  toujours à proximité des zones humides proches du littoral et des estuaires. Ils sont plutôt nomades mais quelques uns sont sédentaires. ils sont plus erratiques dans les zones subtropicales et tempérées que dans les zones tropicales. Des cas de prédation ont été observés sur des nichées de Sternes, de Cormorans, de Guifettes qui sont des espèces d'oiseaux marins très rares en France.

Alimentation

En s’aidant de son bec fort et recourbé, l’Ibis sacré éperonne les insectes au ras de l'eau, fouille la vase à la recherche de sa nourriture (mollusques, crustacés, poissons). Il mange essentiellement des vers de terre, des coléoptères aquatiques, des sauterelles mais aussi des grenouilles, des rongeurs et des charognes. Malheureusement il s’attaque parfois aux poussins et aux œufs d'espèces protégées telles que les Sternes et les Guifettes. C'est aussi un opportuniste qui aime se nourrir en compagnie de d'autres espèces car il profite du dérangement occasionné par les cigognes, les aigrettes, les spatules, pour saisir ses proies plus facilement.

Chant

Chant : Silencieux en hiver. L'Ibis sacré ne s’exprime qu’en période de reproduction. 

Vol

Son vol typique cadencé fait de battements d'ailes larges, tantôt planant, tantôt glissant et ondulant.

Nidification 

En France, en Avril-Juin, l'Ibis sacré niche en colonies sur le même site que l'année passée et parfois en compagnie de d'autres espèces comme les aigrettes, cigognes, cormorans, hérons et spatules. Les parents construisent des nids en forme de plate-forme qui sont regroupés les uns près des autres dans les arbres proches de l'eau. Après la ponte de 2 ou 4 oeufs de couleur blanc-verdâtre, le mâle et la femelle couvent chacun leur tour pendant une vingtaine de jours. Les juvéniles sortent du nid 2 à 3 semaines après l'éclosion et s'envolent environ un mois après. Si la première nichée ne réussit pas une seconde peut avoir lieu. Dans l'Ouest, les colonies nicheuses qui se sont bien adaptées à l'environnement se reproduisent plus facilement. Mais en moyenne, seul un quart des oeufs pondus permettra la survie de l'espèce. 

Espèces ressemblantes 

Ibis à cou noir.

Répartition en Europe

Très peu présent.

Présence en France

Un groupe d’Ibis sacrés a été observé en août 2009 sur l’ile de Noirmoutier en Vendée et en 2012 près de Séné dans le Golfe du Morbihan en Bretagne. Mais ses populations sont en forte régression et ont diminué de plus de moitié, aussi bien dans le Morbihan qu'en Loire-Atlantique, en grande partie à cause des campagnes de destruction massive par tirs et stérilisation des oeufs.  

 

J F M A M J J A S O N D

Caractéristiques :

Longueur

65 à 75 cm

Envergure

110 à 124 cm

Poids

1 300 à 1 500 g 

Longévité

21 ans

Statut

En diminution

Vie

En groupes  

Photos